Et si on prenait la première sortie d’autoroute?

J'écris ces mots en attendant les nouvelles mesures sanitaires de la confédération. Pour être honnête, je m'attends à tout. Depuis le mois de mars, j'ai l'impression que nous sommes en train de prendre un gros virage. Je crois fermement que le monde ne sera plus jamais pareil. Que le COVID19, en plus d'être un méchant virus, aura servi à accélérer un mouvement déjà amorcé depuis la fin de la deuxième guerre. Un mouvement qui nous pousse sur une autoroute en plein milieu d'une plaine peuplée d'écrans, de forêts d'antennes, de produits de consommations en tous genres, où rien de fertile ne pousse.

Nous nous sommes laissés conduire sur cette autoroute, sans trop nous soucier de l'état du véhicule, sans nous enquérir ni de la direction, ni des chauffeurs qui suivent on ne sait quel GPS.

Alors, je me dis qu'il est peut-être temps de sortir de ce véhicule, de quitter l’autoroute pour prendre des chemins de traverse, pour revisiter des paysages vivants et colorés, pour humer le vent, pour suivre sa propre direction, ses propres idées en profitant des croisements et des rencontres, en prenant son temps, et en surtout, en apprenant ce que la sagesse du monde nous enseigne. Parce que ce qui doit arriver arrivera et doit avoir, d'une manière ou d'une autre des effets positifs. Accueillons le futur avec calme et confiance...
nathalie héritier