L'enfance volée

Alors que je buvais un café sur une terrasse, je suis malgré moi témoin d'une discussion entre quelques mamans. L'une, très inquiète, raconte aux autres qu'à la crèche (oui, je dis bien à la crèche, au jardin d'enfant), l'éducatrice lui a dit que son garçon aurait de gros problèmes à l'école, car il n'est pas capable de reconnaître les couleurs...

S'ensuit alors un long dialogue sur les compétences de leurs enfants réciproques. Le mien, il commence à reconnaître les lettres, il va vite apprendre à lire... La mienne sait déjà compter jusqu'à 100... Moi, il sait écrire son nom...

Je leur demande quel âge ont leur prodigieux marmots. La réponse claque : entre 2 ans et 3 ans et demi.

Je suis atterrée ! Les mamans d'aujourd'hui sont déjà stressées par les compétences intellectuelles de leurs enfants, avant même le début de l'école.

Pitié, laissez- leur le droit d'être des enfants, de vivre une vie d'enfant, dans l'insouciance, le jeu et donnez-leur la possibilité d'apprendre naturellement par voie d'imitation des choses basiques et simples ! L'école se chargera bien assez vite, et bien trop vite d'ailleurs, de les mettre sous pression.

Il faut absolument que les enfants sachent tout faire le plus vite possible. On leur rabâche durant des années des bases d'orthographe et de grammaire, avant même qu'ils ne parviennent à prononcer correctement les mots. Alors que si on commençait un peu plus tard, tout se passerait plus facilement dans la tête des enfants. Car il s'agit bien de leur tête. A force de ne s'adresser qu'à elle, on en oublie que l'enfant est également doté d'un corps... qu'il doit apprendre à maîtriser, à habiter, à mouvoir harmonieusement pour grandir en bonne santé et développer une intelligence saine. Et oui...

Mettre la charrue avant les bœufs retarde le bon déroulement du travail, complique la tâche inutilement. On en a la preuve tous les jours avec la démultiplications des problèmes d'apprentissage (dys... TDA, hyperactivités etc....)

Cessons de sacrifier l'enfance sur l'autel de la performance intellectuelle, de nos projections absurdes et de la fierté mal placée.  

Il y a tant de choses plus importantes qu'un programme scolaire, que des bonnes ou mauvaises notes dans la vie... 

Parents, grands-parents, soyez vigilants et respectez l'enfance. Educateurs, enseignants, ne laissez pas vos craintes et vos préjugés prendre le dessus. 

Replongez un peu dans la vôtre d'enfance, et rappelez-vous vos meilleurs souvenirs... L'école ne doit pas devenir la vie de l'enfant, elle doit juste répondre à ses besoins, à sa curiosité et à sa soif d'apprendre... Elle est simplement un des chemins de la connaissance parmi d'autres. 

Il est temps de tirer des leçons du passé, d'apprendre de nos erreurs et d'améliorer le système d'éducation,  d'évoluer, chacun à son échelle. Ensembles. 

Nathalie Héritier